Le forum pour vous aider dans vos choix de matériel de puériculture, vos questionnements autour des bébés et de la petite enfance
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Les bienfaits de l'allaitement maternel sur la mère

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Minouchka
Ex-administratrice & Envoyée Spéciale
avatar

Nombre de messages : 5938

MessageSujet: Les bienfaits de l'allaitement maternel sur la mère   Lun 10 Aoû 2009 - 23:03

Cet article a paru dans Allaiter Aujourd'hui n°25, LLLFrance, 1995


AA 25 : L'allaitement et la santé des femmes


L'allaitement, c'est bon pour la santé... des femmes aussi !


Qui n'a pas entendu une fois ou l'autre : "Je ne veux pas allaiter, j'ai peur d'abîmer ma poitrine", ou : "On m'a dit que je risquais de me décalcifier si j'allaitais", voire : "Je veux faire un régime juste après l'accouchement, alors je n'allaiterai pas".

Mythes, fantasmes, réalités ? Comment, dans les faits, la femme vit-elle l'allaitement, dans son corps et dans son psychisme ?

Sacrifice, esclavage ou enjeu féministe ?

La façon dont on a, au cours de l'Histoire, parlé de l'allaitement du point de vue des femmes, a toujours été tributaire de la vision de la maternité dominante à l'époque.

Quoi de commun, à première vue, entre l'idéologie traditionnelle où la femme ne peut se réaliser que dans la maternité, et où l'allaitement est vu comme un sacrifice nécessaire, et une certaine idéologie féministe qui assimilait la maternité - et bien sûr l'allaitement - à un esclavage ?

Pourtant ces deux visions se rejoignent sur un point essentiel : l'allaitement serait pour la femme une contrainte épuisante. Acceptée dans le premier cas, rejetée dans le second.

C'est encore, ne nous y trompons pas, le discours dominant chez nous. A savoir : le lait maternel est plein d'avantages pour le bébé, alors faites un effort... Mais si c'est trop pour vous, n'hésitez pas, passez au biberon, c'est aussi bien...

Il est d'autres pays - en particulier les pays scandinaves - où la maternité et l'allaitement ont été intégrés aux combats féministes, où les femmes ont refusé de se laisser amputer de cette part si importante d'elles-mêmes, et où, comme par hasard (?), les taux d'allaitement dépassent les 90%.

En fait, plus les recherches s'affinent, plus l'on s'aperçoit que si l'allaitement est bon pour l'enfant, il est bon également pour la mère, que ce soit sur un plan physiologique ou psychologique.


Le lait et le sang

Il est maintenant bien connu que la tétée précoce et les contractions utérines qu'elle provoque, diminuent énormément les risques d'hémorragie et aident l'utérus à reprendre plus vite sa taille, sa forme et sa tonicité. Ceci est encore plus important pour une femme qui a subi une césarienne.

A plus long terme, on sait que l'allaitement entraîne une aménorrhée plus ou moins longue (voir l'article sur la MAMA dans Allaiter aujourd'hui n° 17, p. 10) qui bien sûr favorise l'espacement des naissances, mais réduit aussi le risque d'anémie. On mesure mieux dans ces conditions la catastrophe que représente pour les femmes (et pas seulement pour les bébés) le déclin de l'allaitement maternel dans les pays du Tiers-Monde : en l'absence de contraception, ces femmes se retrouvent subir des maternités rapprochées (souvent une par an, au lieu d'une tous les deux ans et demi en moyenne), dans un état de malnutrition et d'épuisement extrême.


Je ne veux pas de seins qui pendent !

Dans une société qui met l'accent sur la beauté du corps et le sein érotisé, les femmes (et leurs compagnons !) craignent souvent de voir leurs seins déformés par l'allaitement. D'autant que les rares scènes d'allaitement diffusés par les médias sont très souvent celles de mères africaines aux seins flasques et pendants, vivant dans des zones où sévit la famine (ce qui, par la même occasion, associe l'allaitement à l'exotisme et/ou la misère...).

Pourtant tous les spécialistes s'accordent à dire que ce qui abîme les seins, ce sont les changements brusques de volume, donc essentiellement l'accroissement en début de grossesse, un engorgement les premiers jours ou un sevrage brutal. Pour éviter cela, une bonne conduite de l'allaitement avec mise au sein précoce, tétées nombreuses les premiers jours et sevrage en douceur, est primordiale. Et, surtout dans le cas de seins lourds et volumineux, un bon soutien-gorge, qui soutienne sans comprimer.


Maigrir, grossir...

Après l'accouchement, si la mère surveille le poids de son bébé pour vérifier qu'il grossit bien, elle est aussi attentive au sein. Avec l'objectif inverse : retrouver rapidement sa taille d'antan. Qu'en est-il quand on allaite ?

Le Dr Sachet, médecin nutritionniste à l'hôpital Bichat, responsable de la consultation de nutrition de la femme enceinte, nous dit : "La période d'allaitement est idéale pour perdre un peu de poids. Vous avez pendant votre grossesse stocké un certain nombre de kilos de graisse qui ont servi au cours des trois derniers mois à fournir de l'énergie - à vous et à votre bébé - et à préparer une réserve pour l'allaitement.

Ces deux à quatre kilos de graisse qui vous font horreur au retour de clinique vont être "mobilisés" en deux à trois mois pour fournir chaque jour entre 200 et 300 calories (la moitié de ce qui est nécessaire pour fabriquer le lait de votre enfant)" (1).

L'allaitement va donc permettre de maigrir en douceur (2)... à condition de ne pas manger comme quatre ! En effet, comme la femme enceinte, la femme qui allaite utilise mieux sa ration alimentaire, et les apports recommandés sont sans doute surestimés (3). Aussi, si sous prétexte qu'elle produit du lait, la femme se gave sans restrictions de chocolat, gâteaux, etc., elle pourra avoir du mal à perdre du poids, surtout si dans le même temps, elle a restreint son activité physique.


Allaitement et cancer

Contrairement à certaines idées encore répandues dans le public selon lesquelles l'allaitement pourrait "donner" le cancer du sein, voire le transmettre à l'enfant (!), toutes les études récentes montrent au contraire que l'allaitement contribue à protéger la mère contre le cancer de l'ovaire (4) et celui du sein. Il semblerait que l'allaitement puisse diminuer de près de moitié les risques de cancer du sein ; plus longue serait la durée totale d'allaitement, meilleure serait la protection (le risque serait réduit des deux-tiers pour celles qui auraient allaité en tout six ans et plus) (5). Les mécanismes en jeu ne sont pas encore bien élucidés. Il se pourrait que le lait contienne des substances pouvant protéger les tissus mammaires des agressions de l'environnement. L'allaitement aurait un effet de drainage sur les sécrétions accumulées au cours des années. Enfin l'on pense que les changements continuels du taux d'oestrogènes que connaît la femme lorsque n'est ni enceinte ni allaitante et a ses cycles menstruels, sont un facteur de risque pour le cancer du sein.

Je voudrais faire ici une mise en garde. On parle ici de facteur possible de protection, non de garantie à 100%. De même qu'un bébé allaité peut avoir une otite, même si l'on sait que le risque en est énormément réduit, de même une femme qui allaite ou a allaité - même longtemps - peut avoir un cancer du sein. Et si elle est en train d'allaiter, il se peut malheureusement que ce fait masque, aux yeux des professionnels de santé qu'elle va rencontrer, l'éventualité d'un cancer. Je pense à une amie qui a traîné une masse énorme au sein pendant des mois. Chaque fois qu'elle la montrait à un médecin, il lui répondait : "C'est parce que vous allaitez, ça disparaîtra lorsque vous arrêterez". Lorsque le diagnostic de tumeur maligne a finalement été fait, il était trop tard.

Donc en cas de doute, il est important de demander une investigation approfondie, la même qu'on ferait en absence d'allaitement. Les examens (mammographie, échographie...) seront alors réalisés après une tétée, et interprétés si possible par un praticien habitué aux clichés pris sur un sein lactant.


Et la décalcification ?

Une autre inquiétude des femmes, c'est que l'allaitement entraîne une décalcification durable pouvant faire plus tard le lit de l'ostéoporose. En fait une étude récente faite sur des femmes ayant allaité jusqu'à 9 mois, a montré un retour à une densité normale un an après le sevrage (6). D'autres études, portant sur des femmes ménopausées ayant allaité plusieurs enfants, ont montré que la densité osseuse augmentait avec chaque enfant allaité, et que ces femmes avaient moins de fractures que la moyenne (7).


Quelques autres pistes

Une étude (8) a montré que l'allaitement pourrait avoir un rôle préventif des infections urinaires, non seulement chez le bébé allaité mais aussi chez la mère allaitante.

Une autre étude (9) faite sur des rates chez lesquelles on avait artificiellement provoqué une endométriose, a montré que celles qui ensuite allaitaient, voyaient l'implant se réduire considérablement. Le témoignage qui suit montre que c'est aussi valable chez la femme !

Il existe d'autres maladies chroniques dans lesquelles les modifications hormonales de la grossesse provoquent une rémission des symptômes. Si la femme allaite, très souvent la période de rémission s'étend sur plusieurs mois (deux à huit mois) après la naissance du bébé. C'est notamment le cas de la polyarthrite rhumatoïde, du lupus et de la sclérose en plaques.

De même, certaines mères diabétiques observent une nette rémission pendant l'allaitement, qui peut durer des années (10).

Il est fort possible qu'on découvre dans les années qui viennent d'autres bienfaits de l'allaitement pour la mère. La littérature sur le sujet (11) a beaucoup augmenté récemment, tout simplement parce que des chercheurs s'y sont intéressés : on ne trouve que si on cherche !


Si l'on ne veut pas allaiter

Je ne voudrais pas finir cette revue des aspects physiologiques de l'allaitement pour la femme, sans dire un mot des problèmes posés par l'administration systématique de Parlodel comme "coupe-lait". Il peut provoquer des vertiges allant jusqu'à la perte de conscience (d'après une organisation de consommateurs américaine, il serait peut-être impliqué dans treize décès) ; il provoque une stimulation ovarienne pouvant entraîner une nouvelle grossesse ; enfin, il est loin d'être efficace à 100% pour ce qui est de bloquer la lactation. Il semble donc plus judicieux d'agir comme les sages-femmes hollandaises qui se contentent de ne pas mettre le bébé au sein et de surveiller un éventuel engorgement.


Une dimension de la sexualité féminine

Pour beaucoup de femmes qui l'ont vécu, l'allaitement fait partie intégrante de leur vie sexuelle. Il est la continuation de la grossesse. Il les a aidées à tisser les premiers liens avec l'enfant et à le materner jour après jour (8). Il leur a donné un sentiment de force, de puissance, de compétence, de plénitude... qui fait peur à beaucoup ! A commencer par le père, qui peut se sentir exclu de cette relation si spéciale qui semble combler sa compagne affectivement et sensuellement. C'est alors au couple à réfléchir à sa relation et à la place que prend l'enfant entre eux deux (voir la tribune pp. 12-13).

Claude Didierjean-Jouveau





(1) Guide de l'alimentation de la femme enceinte, Stock-Laurence Pernoud, 1990.
(2) D'après une étude du Journal of the American Dietetic Association, avril 93, un mois après l'accouchement, les femmes qui allaitent ont perdu plus de poids et de largeur de bassin que celles qui n'allaitent pas.
(3) Voir les études citées dans "L'Alimentation infantile, bases physiologiques", suppl. au vol. 67 du Bulletin de l'OMS, pp. 37-43.
(4) K.E. Brock et al., "Sexual, Reproductive and Contraceptive Risk Factors for Carcinoma-in-Situ for the Uterine Cervix in Sydney", Medical Journal of Australia, 160 (1989) : 125-130.
(5) D.M. Layde et al., "The Independant Association of Parity, Age at First Full-Term Pregnancy and Duration of Breasfeeding with the Risk of Breast Cancer", Journal of Clinical Epidemiology, 42 (1989) : 763-773.
J.M. Yuan et al., "Risk Factors for Breast Cancer in Chinese Woman in Shangai", Cancer Research, 48 (1988) : 1949-1953.
(6) Sowers, Mary Fran et al., "Changes in Bone Density with Lactation", Journal of the American Medical Association, 1993 ; 269(24) : 3130-35.
(7) S.R. Cummings and J.L. Kelsey, "Epidemiologie of Osteoporosis and Osteoporotic Fractures", Epidemiologie Review, 7 (1986) : 178-203.
(8) Giovanni V. Coppa et al., "Preliminary study of breastfeeding and bacterial adhesion to uroepithelial cells", Lancet 1990; 335:569-71. Le mécanisme serait le suivant : le lait humain - contrairement au lait de vache - est très riche en oligosaccharides, qui se retrouvent en grande quantité dans les urines du bébé allaité et de sa mère. Or les oligosaccharides ont la capacité d'inhiber l'adhésion bactérienne aux cellules épithéliales, adhésion qui est un prérequis important pour le développement d'une infection. Voir La LLLettre des associés médicaux, n° 7, p. 24.
(9) Barrigan, Fertil. Steril., Dec. 1992.
(10) Voir La LLLettre des associés médicaux, n° 8, p. 19. Cette rémission a été attribuée aux interactions hormonales hypophysaires et hypothalamiques pendant la grossesse et la lactation. De nombreuses mères éprouvent un sentiment de mieux-être pendant l'allaitement. Cette meilleure tolérance pourrait être due au transfert du glucose du sang vers le sein, où il est transformé en galactose et en lactose.
(11) Nous ne citons ici qu'une petite partie des études parues. Si vous souhaitez recevoir une bibliographie beaucoup plus complète, écrivez au journal avec une enveloppe timbrée.
(12) Les hormones de la lactation, l'ocytocine et la prolactine, ont toutes deux des effets sur l'humeur et l'état physique de la mère, et sont semble-t-il des hormones d'"attachement". Voir par exemple S.F. Virden, "Relationship between infant-feeding method and maternal role adjustment", J. nurs. midw., 33 : 31-35 (1988).

Source : La Leche League France


Dernière édition par Minouchka le Lun 10 Aoû 2009 - 23:34, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://globetrotteurs.forumactif.com/
Minouchka
Ex-administratrice & Envoyée Spéciale
avatar

Nombre de messages : 5938

MessageSujet: Re: Les bienfaits de l'allaitement maternel sur la mère   Lun 10 Aoû 2009 - 23:13

Articles plus récents, toujours sur le site de La Leche League France :

Article paru dans Allaiter aujourd'hui n°80 :


AA n° 80 - Allaiter c'est bon pour le coeur



On le sait, l’allaitement est bon pour la santé cardiovasculaire future. Et c’est vrai non seulement pour l’enfant allaité mais aussi pour la mère allaitante.
Une récente étude portant sur près de 140 000 femmes ménopausées (âge médian : 63 ans) montre en effet que celles qui ont allaité (en moyenne trente-cinq ans plus tôt) risquent moins de souffrir de crises cardiaques, d’attaques cérébrales et de maladies cardiovasculaires. Et plus longtemps elles ont allaité, plus le risque diminue.
La raison en serait le fait que les femmes qui ont allaité ont accumulé moins de graisse, notamment abdominale (facteur de risque bien connu du syndrome métabolique), suite à leurs grossesses, et aussi peut-être l’effet d’hormones stimulées par la lactation.

Schwarz EB et al, Duration of lactation and risk factors for maternal cardiovascular disease, Obstetrics & Gynecology 2009 ; 113(5) : 974-82.


-------------------------------------------------------------


Article paru dans Allaiter aujourd'hui n°80 :


AA n° 80 - Brève : l'ocytocine dilminue le risque d'ostéoporose


Ocytocine contre ostéoporose

On n’en finit pas de découvrir les bienfaits de l’ocytocine.
On savait que les ostéoblastes (cellules qui participent à la construction osseuse) et les cellules graisseuses (adipocytes) sont issus d’une même lignée de cellules souches.
Or des chercheurs niçois viennent de découvrir que l’ocytocine jouerait un rôle clé dans leur différenciation : peu d’hormone et l’on ferait du gras, plus d’hormone et on ferait de l’os.
De fait, on constate une diminution du taux circulant d’ocytocine chez des femmes ostéoporotiques et ménopausées par comparaison avec des femmes non ostéoporotiques du même âge.
Des souris rendues ostéoporotiques ont vu un ralentissement de la perte osseuse et une diminution de la masse graisseuse dans la moelle osseuse après injection quotidienne d’ocytocine pendant huit semaines.
Une explication du fait qu’avoir allaité diminue le risque de souffrir plus tard d’ostéoporose ?

Elabd C et al, Oxytocin controls differenciation of human mesenchymal stem cells and reverses osteoporosis, Stem Cells 2008 ; 26(9) : 2399-2407.
Revenir en haut Aller en bas
http://globetrotteurs.forumactif.com/
Minouchka
Ex-administratrice & Envoyée Spéciale
avatar

Nombre de messages : 5938

MessageSujet: Re: Les bienfaits de l'allaitement maternel sur la mère   Lun 10 Aoû 2009 - 23:19

Et enfin, une étude publiée toujours sur le site de La Leche League France : ici

Cancer du sein et allaitement : une méta-analyse


Breast cancer and breastfeeding: collaborative reanalysis of individual data from 47 epidemiological studies in 30 countries, including 50 302 woment with breast cancer and 96 973 women without the disease. Collaborative Group on Hormonal Factors in Breast Cancer. Lancet 2002; 360: 187-95.


On sait que le fait d'avoir des enfants est un facteur protecteur vis-à-vis du cancer du sein. Toutefois, la façon dont l'allaitement peut éventuellement contribuer à cet impact reste encore mal définie. L'allaitement est étroitement corrélé à la grossesse (habituellement, il implique que la femme a eu un enfant). Afin de tenter d'en savoir davantage, les auteurs ont analysé les données recueillies par les études effectuées sur le sujet.

Ils ont recherché dans la littérature existante toutes les études épidémiologiques ou cas-témoin portant sur au moins 100 femmes souffrant de cancer du sein, et prenant en compte, outre l'allaitement défini avec un minimum de précision, les autres facteurs de risque connus. 47 études présentaient les critères d'analyse requis par les auteurs. Elles avaient été effectuées dans 30 pays différents, et portaient sur un total de 50.302 femmes souffrant de cancer du sein, et sur 96.973 femmes témoin. Toutes ces études ont été analysées sur le plan de leur méthodologie, stratifiées pour les diverses variables recueillies, et analysées à l'aide d'un modèle mathématique complexe, afin de déterminer l'impact de l'allaitement sur le risque de cancer du sein par rapport à la parité, à l'âge de la femme au moment de son premier accouchement, au statut pour la ménopause...

Les femmes souffrant de cancer avaient accouché moins souvent (2,2 grossesses contre 2,6 chez les femmes témoin). Elles étaient moins nombreuses à avoir allaité (71% contre 79%), et lorsqu'elles avaient allaité, elles l'avaient fait pendant moins longtemps (9,8 mois contre 15,6 mois de durée totale d'allaitement). Le risque de cancer du sein baissait de 7% pour chaque nouvelle grossesse menée à terme, et de 4,3% pour chaque année d'allaitement. Cet impact spécifique de l'allaitement était similaire dans les pays industrialisés et dans les pays en voie de développement. Il n'était pas affecté significativement par l'âge, le statut pour la ménopause, l'origine ethnique, le nombre d'enfants, l'âge de la mère au moment du premier accouchement, ni par aucun des 9 autres facteurs pris en compte.

D'après ces chiffres, on pouvait estimer que l'incidence cumulée des cancers du sein dans les pays industrialisés pourrait être abaissé de moitié pour les femmes jusqu'à 70 ans (elle passerait de 6,3% à environ 2,7%) si les femmes de ces pays avaient un nombre d'enfants et une durée totale d'allaitement similaires à ce qui est encore la norme dans certains pays en voie de développement, l'allaitement étant à l'origine de presque les 2/3 de cet abaissement du risque de cancer du sein. Il est impossible d'obtenir une durée totale d'allaitement similaire à celle observée dans de nombreux pays en voie de développement avec le taux de natalité actuel dans les pays industrialisés. Toutefois, il devrait être possible d'abaisser le risque de
cancer du sein. Environ 470.000 cancers du sein ont été diagnostiqué en 1990 dans les pays industrialisés. Si par exemple toutes les femmes des pays industrialisés avaient en moyenne 2,5 enfants, allaités pendant 6 mois de plus que la durée moyenne actuelle d'allaitement, environ 5% des cancers du sein pourraient être évités tous les ans (soit environ 25.000 cas). Si chaque femme allaitait 12 mois de plus que la durée moyenne actuelle, ce sont 11% des cancers du sein qui pourraient être évités tous les ans (soit environ 50.000 cas).

Plus la durée totale d'allaitement dans la vie d'une femme est longue, et plus le risque de cancer du sein baisse. Le non-allaitement ou la durée courte d'allaitement qui sont devenues la norme dans de nombreux pays occidentaux contribuent de façon significative à l'incidence élevée du cancer du sein dans ces pays. De ce point de vue, la promotion de l'allaitement long pour la prévention du cancer du sein présentent un grand intérêt tant sur le plan économique que sur le plan social.
Revenir en haut Aller en bas
http://globetrotteurs.forumactif.com/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les bienfaits de l'allaitement maternel sur la mère   

Revenir en haut Aller en bas
 
Les bienfaits de l'allaitement maternel sur la mère
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» L'Allaitement Maternel - Conseils pour bien débuter
» Une thèse sur l'allaitement maternel
» allaitement maternel et sein induré
» les bienfaits de l'allaitement pour la maman
» Sushi et allaitement...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Puériculture ::  :: L'allaitement-
Sauter vers: