Le forum pour vous aider dans vos choix de matériel de puériculture, vos questionnements autour des bébés et de la petite enfance
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Quel rapport qualité / prix pour l’école gratuite ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Minouchka
Ex-administratrice & Envoyée Spéciale


Nombre de messages : 5939

MessageSujet: Quel rapport qualité / prix pour l’école gratuite ?   Mar 8 Sep 2009 - 20:54

Article paru sur Ecotidien.fr

Marlène Schiappa a écrit:

Quel rapport qualité / prix pour l’école gratuite ?


Montessori, écoles bilingues, maîtrises, écoles religieuses… la rentrée fait la part belle à l’enseignement privé ou « alternatif ». Mais que reste-t-il à l’école publique ?

Depuis les lois Ferry de 1881 et 1882, l’école primaire est gratuite, laïque et obligatoire pour les garçons et filles de 6 à 13 ans. Mais face à l’offre pléthorique d’éducation payante ou alternative, vaut-elle encore quelque chose ?
Stéphanie François est présidente de l’association des parents d’élèves de son village de la Loire depuis 2 ans. Satisfaite « à 200% » de son choix de mettre ses enfants à l’école publique, ancienne parisienne, elle avoue pourtant être privilégiée : « C’est une petite école familiale, le matériel est fourni, les enseignants sont proches des parents et très impliqués, et la mixité sociale est garantie. » Elle confesse « si j’étais restée en région parisienne, j’aurais sûrement opté pour une école privée. Mon mari était policier et je n’ai pas envie que mes enfants se fassent agresser à l’école, comme ça a été le cas pour des collègues à lui. » L’école publique gratuite, oui, mais pas n’importe laquelle.

Toutes les écoles ne se valent d’ailleurs pas, au sein d’une même région. Entre les maternelles flambant neuves avec mini-toilettes, quatuor à cordes pour Noël et classe de 22 élèves dans les quartiers huppés; et celles des villes plus pauvres où les enfants font la sieste à même le sol sur un petit tapis par manque de budget (« 35 élèves, 30 lits seulement et pas les moyens d’investir au niveau de la commune» confie une ADSEM horrifiée) c’est la loterie. Ce qui enjoint certains parents à se tourner vers les écoles payantes, privées ou alternatives.

35 élèves pour 30 lits dans le public

David, parent de trois enfants scolarisés dans les Yvelines, s’est penché un temps sur les écoles privées bilingues à 500 € par mois en moyenne. « Mais il n’y a que quelques heures d’enseignement d’anglais ! J’ai vite compris que le prix prohibitif était en fait destiné à exclure les personnes aux revenus moyens ou faibles. Ou comment, dès l’enfance, l’élite financière ne se mélange pas avec la plèbe. » Il a donc inscrit ses enfants à l’école dite communale et en a profité pour leur offrir une heure d’Anglais chacun par semaine. « A 15 € de l’heure, soit environ 2250 € à l’année, j’économise encore : l’école bilingue pour trois enfants, ça faisait 15 000 € par an ! A peine moins que le salaire net de mon épouse. » ironise le père de famille, qui espère ainsi que ses enfants auront le niveau requis pour entrer dans un collège prestigieux.

Comme lui, Irène s’est posé la question pendant la dernière année de nourrice de sa fille avant de trouver une réponse : Montessori. Cette école privée laïque sous contrat, présentée comme bilingue et libertaire, est directement inspirée des théories de Maria Montessori, inventrice de l’école maternelle. En plus de l’enseignement « classique » (mais « en s’amusant et en respectant le rythme et les dons naturels de chaque enfant», précise-t-on sur les brochures de présentation) plusieurs activités extra-scolaires sont proposées.

Montessori : yoga pour les 3-6 ans à 550 €


Ainsi, dans une de ces écoles Montessori du centre de Paris, vous pouvez inscrire en sus votre enfant de 3 ans au yoga pour la modique somme de 500 € + 50 € de frais d’inscription. Consciente que ce tarif est exorbitant pour un quidam, de surcroit pour une famille nombreuse, Irène pense avoir trouvé une solution : « Il suffirait d’augmenter les subventions octroyées aux écoles privées et tout le monde pourrait y mettre son enfant ! »
En effet, l’article 89 de la réforme du 13 aout 2004 sur le mode de financement des écoles privées parle d’ « inégalité entre les écoles privées et les écoles publiques » (en clair, les écoles privées seraient lésées par rapport aux écoles publiques puisque ces-dernières profiteraient de plus larges subventions) pour justifier l’octroi de financements publics aux écoles privées laïques, mais aussi religieuses. « Et bien que cela soit contraire à la loi de 1905 sur la séparation de l’Eglise et de l’Etat, puisque celle-ci précise que ‘’La République ne reconnaît ne salarie ni ne subventionne aucun culte ‘’ » bondit Justine.

Cette professeur des écoles doit garder l’anonymat en raison du « droit de réserve » propre aux fonctionnaires (leur interdisant toute critique publique) mais elle analyse : « La théorie Montessori est bien belle, mais le but de l’école est de donner un cadre à l’enfant ! Si Théo veut faire du dessin à 10 heures 30, il ne fera pas de dessin à 10 heures 30, il en fera à 15 heures comme toute la classe. L’école apprend la vie, et dans la vie, vous ne pouvez pas lâcher votre bureau pour aller faire du chant choral quand l’envie vous prend ! Alors si des parents veulent éduquer leurs enfants comme ça, libre à eux, mais pas en se servant dans la maigre tirelire de l’école publique ! »

Pour elle, si on consacrait le budget alloué aux écoles privées aux écoles publiques, chacun pourrait être scolarisé dans les meilleures conditions. En effet, ce sont plus de 300 millions d’Euros de fonds publics qui sont ainsi utilisés pour financer l’enseignement privé. Pour Justine, « au détriment des familles qui ne peuvent y scolariser leurs enfants pour des raisons financières ou tout simplement par conviction. »

16 000 postes d’enseignants supprimés en 2010 (et un nombre d’élèves pas classe “préoccupant”)


Dans une pétition lancée conjointement par de multiples organisations d’enseignants, de parents, de citoyens, (DDEN, FCPE, FO Union Départementale, FO Enseignement, FSU SNUIPP, Libre Pensée, Ligue des Droits de l’Homme, Ligue de l’Enseignement, SDEN CGT, SGEN CFDT, UNSA…) relayée sur le blog du Cercle Pierre Mendès France de l’agglomération de Troyes, il est demandé l’arrêt pur et simple de ce mode de financement, arguant que « la commune n’a pas à financer le choix de certains parents de ne pas scolariser leurs enfants à l’école publique ».

Enfin, Irène, qui vit dans le 7ème arrondissement de Paris, l’affirme : si les classes des écoles maternelles étaient moins surchargées, elle n’aurait même pas envisagé de se tourner vers une éducation payante. Comme elle, 39% des parents jugent le nombre d’élèves par classe « préoccupant » depuis 2005, d’après un sondage TNS Sofres. Ils vont devoir prendre leur mal en patience : Xavier Darcos annonçait en juin dernier à La Tribune que plus de 16 000 postes seraient supprimés dans l’éducation nationale sur l’année 2010.

Posté par : Marlene Schiappa le 4 septembre 2009 à 8 h 38 min
Revenir en haut Aller en bas
http://globetrotteurs.forumactif.com/
Minouchka
Ex-administratrice & Envoyée Spéciale


Nombre de messages : 5939

MessageSujet: Re: Quel rapport qualité / prix pour l’école gratuite ?   Mar 8 Sep 2009 - 21:03

J'aime beaucoup le dernier paragraphe...
Bah oui, les fonctionnaires, les profs, tout ça, faut les réduire, y'en a trop, et c'est des vrais feignasses ! quoi ? hein ? l'an prochain une classe va fermer dans l'école de mon gamin et il va se retrouver dans une classe de 32 alors qu'il n'a que 3 ans ? Mais c'est inadmissiiiiiiiiiiiiiiiiiible !
Revenir en haut Aller en bas
http://globetrotteurs.forumactif.com/
Pickpuss
Ex-administratrice & Sceptique convaincue


Nombre de messages : 5366

MessageSujet: Re: Quel rapport qualité / prix pour l’école gratuite ?   Mar 8 Sep 2009 - 22:01

Allez, tous avec Minouchka, SAUVONS L'ECOLE PUBLIQUE !!!!!







N'en déplaise à belle-maman qui trouve anormal qu'il n'y ait pas d'école privée à St Paul (où nous habitons, 10 000 pelés) alors qu'il y en a quasi systématiquement en Vendée (là où ils habitent 2000 hab) "juste pour que les parents aient le choix". Ouais, le choix, financé sur des deniers publics pour que ça ne coûte pas grand chose aux famille



Pickpuss - qui a fait toute sa scolarité dans l'enseignement public (comme beaucoup d'autres....)
Revenir en haut Aller en bas
http://man-em.blogspot.com
ze boulet
Galope comme un grand


Nombre de messages : 2910

MessageSujet: Re: Quel rapport qualité / prix pour l’école gratuite ?   Mer 9 Sep 2009 - 8:44

C'est abhérant!

La sélection (pas) naturelle dès l'enfance!
Revenir en haut Aller en bas
risu
Galope comme un grand


Nombre de messages : 13917

MessageSujet: Re: Quel rapport qualité / prix pour l’école gratuite ?   Mer 9 Sep 2009 - 20:09

Je parle justement avec ma belle soeur qui a eu son concours prof des ecoles et qui attendait aujourd'hui de savoir où son poste qui commence demain pour l'année allait être.. réponse: premiere fois dans l'histoire: vous n'avez pas de poste, vous etes 16comme ça rien que dans l'aveyron... venez pointé à Rodez lundi mais pas de travail!

Comment vous loger?
Et bien hotel car ca ne sert a rien de prendre un appart ptet que dans 2 jours ou 6mois on vous enverra ailleurs pour une ou deux semaines...
en attendant vous vous debrouillez a vous loger, vous payez vous meme vos deplacement et vous etes disponible pour n'importe ou du jour au lendemain hein!!

elle n a pas de vie la pauvre, pas de chez elle, ne peut toujours pas vivre avec son copain qui est prof des ecoles dans le tarn et avec qui elle est depuis 15ans sans jamais avoir vécu ensemble.... donc toujours pas moyen de réaliser son reve d avoir une vie de couple au quotidien et surtout des enfants...

c'est honteux j'en reviens toujours pas
Revenir en haut Aller en bas
http://www.linosqui.fr
sarahdelph
Galope comme un grand


Nombre de messages : 734

MessageSujet: Ecole Montessori   Mar 23 Fév 2010 - 16:44

Bonjour,

Je voudrais avoir votre avis. Raphaël rentre à l'école en septembre et nous ne voulions pas qu'il aille dans le public à côté de chez nous.
Nous souhaitions qu'il ait un meilleur encadrement que des classes de 30 avec une maitresse (pardon, professeur des écoles, je sens qu'on va me reprendre!). Il y avait donc 2 choix : une école catho et une école bilingue Montessori.

L'école catho, je n'étais pas très chaude, je préférais une école laique. J'ai quand même fait un dossier et...plus de places. Il reste donc Montessori mais le souci c'est le cout : 625 euros /mois.

Pensez vous que cela vaille la peine pour une maternelle?
J'ai un peu peur du retour dans une classe "normale" en CP.

Connaisez vous des enfants qui sont allés dans des écoles Montessori?

Merci de votre aide
Revenir en haut Aller en bas
youzilenn
Galope comme un grand


Nombre de messages : 10519

MessageSujet: Re: Quel rapport qualité / prix pour l’école gratuite ?   Mar 23 Fév 2010 - 17:00

@sarahdelph a écrit:
mais le souci c'est le cout : 625 euros /mois.


J'ai visité l'école Montessori de Rennes en septembre dernier, j'ai beaucoup aimé sauf qu'ils étaient catho à fond (apparemment c'est particulier à Rennes). Par contre, même si elle reste chère, elle n'atteint pas le prix que tu annonces, il y aussi un tableau en fonction des revenus des parents et elle est aussi conventionnée.

Nous on se posait beaucoup de questions sur la scolarisation de Maelenn, je craignais vraiment que le "système classique" ne lui soit pas approprié mais devant mes réticences, avec mon mari on a décidé de l'inscrire dans l'école où va sa sœur (on aurait changé les 2 d'école) et de voir. Ça reste de la maternelle et on peut toujours les changer en cours d'année si ça se passe vraiment mal.

Les enfants de chez Montessori ont pour beaucoup une fibre artistique très développée.
Il ne semble pas avoir plus de mal que les autres à s'adapter au système scolaire classique quand ils rentrent en 6è puisqu'ils sont très autonomes.
Revenir en haut Aller en bas
sarahdelph
Galope comme un grand


Nombre de messages : 734

MessageSujet: Re: Quel rapport qualité / prix pour l’école gratuite ?   Mar 23 Fév 2010 - 22:40

Effectivement c'est très cher mais c'est une école sans aucune subvention de l'Etat.

Il va falloir qu'on se décide vite mais je ne sais pas quoi faire...
Revenir en haut Aller en bas
Kumonosu
Administratrice


Nombre de messages : 25618

MessageSujet: Re: Quel rapport qualité / prix pour l’école gratuite ?   Mar 23 Fév 2010 - 22:46

Franchement pour la maternelle je pense que ce n'est pas la peine. Mes enfants sont dans une maternelle qui a des classes chargées mais qui marche très bien et on trouve des classes à 30 dans le privé aussi.

J'ai fait la maternelle dans un jardin d'enfants Montessori, mais c'était une petite structure, en Espagne il y a trèèèès longtemps .
Revenir en haut Aller en bas
Minouchka
Ex-administratrice & Envoyée Spéciale


Nombre de messages : 5939

MessageSujet: Re: Quel rapport qualité / prix pour l’école gratuite ?   Dim 28 Fév 2010 - 23:30

sarahdelph, je viens de fusionner ta demande avec un ancien post, j'espère que ça te donnera des éléments de réponse.

Quant à moi, quand j'habitais au Japon, j'avais dû renoncer à mettre mon fils dans une école franco-américaine Montessori car je ne pouvais pas payer les 13500 euros par an. Dommage car mon petit bonhomme ne parlait quasiment pas français et ça lui aurait fait du bien. Heureusement, on a déménagé en Lettonie. Il a pu faire sa moyenne section dans une école française et a parlé en quelques mois. Il a encore un peu de retard par rapport à des enfants qui n'ont vécu qu'en France mais maintenant, ça n'est plus un handicap... et même s'il a oublié le japonais, je suis sûre qu'il en garde une bonne partie enfouie qui ressortira très facilement s'il décide de l'apprendre.

Sinon, mon point de vue est qu'en voyageant, on a vu beaucoup d'écoles privées renommées qui ne sont en fait que des boîtes à fric. Les enseignants recrutés ont des pauvres formations à 2 balles et n'ont aucune pédagogie... ça permet de les payer moins cher. Par contre, les parents raquent fort et pensent que le prix équivaut à qualité, ce qui est totalement faux.
En tout cas, si tu décides de mettre ton fils en école Montessori uniquement en maternelle, il n'aura pas de problème pour rejoindre une primaire classique. Ca coince surtout pour les enfants qui n'ont connu que Montessori et qui rejoignent la primaire en cours de route ou le collège.
Revenir en haut Aller en bas
http://globetrotteurs.forumactif.com/
bibabab
Se tient aux meubles


Nombre de messages : 249

MessageSujet: Re: Quel rapport qualité / prix pour l’école gratuite ?   Lun 1 Mar 2010 - 9:18

Olympe est dans le privé car le publique a refusé de nous laisser visiter une école où elle était affectée potentiellement (car oui les écoles ne savent même pas comment fonctionne la carte scolaire...ici en tous cas...).
Quand on a démarché l'école (publique) proche de chez mes parents pour une dérogation réponse : "premiers arrivés premiers servis, de toutes façon elle est d'octobre donc on jouera les délais pour ne pas la prendre."
l'école privée où elle est incrite en petite section maternelle nous coûte environ 600€ (inscription et matériel) à l'année car elle prend en compte le quotient familiale (et oui c'est possible), la classe est chargée mais Olympe court à l'école dont le projet en maternelle est : faire aimer l'école aux enfants.

et je suis issue d'une famille de profs et directeurs d'écoles publiques, j'ai moi même été prof dans le publique puis j'ai mené des ateliers en maternelle (publique) pendant 4 ans et je me suis juré que ma fille n'irait pas dans le publique, car l'école n'est pas réfléchie en France et que rares sont les établissement à prendre en compte l'enfant et son développement.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.pierlise.blogspot.com
Kéliane
Galope comme un grand


Nombre de messages : 8754

MessageSujet: Re: Quel rapport qualité / prix pour l’école gratuite ?   Lun 1 Mar 2010 - 9:54

Ici nous avons choisi l'école publique du quartier. Nous avons la chance d'être en Alsace où un système bilingues existe depuis plus de 20 ans. Léa apprends donc l'Allemand dès la première année de maternelle et j'inscris Eline aujourd'hui même.
Ils sont effectivement 30 par classe avec une atsem que pour la classe des petits. J'ai de la chance avec la classe de Léa car aux dires des maitres et maitresses c'est une très bonne classe et ils avancent très bien.
Léa est en avance sur son âge mais la maitresse dit que beaucoup d'enfants dans sa classe sont dans ce cas du coup elle a trouvé avec qui parler, jouer ce qui pouvait ne pas être évident. L'avantage de la section bilingue c'est qu'il y a qu'une classe par niveau jusqu'en 6ème donc elle restera jusqu'en 6ème avec les mêmes enfants. (heureusement c'est une bonne classe, je n'ose pas imaginer l'inverse).
C'est une école où il y a beaucoup de nationalités différentes et de cultures différentes et les enfants en apprennent beaucoup de choses. Je en suis ni pour ni contre le privé j'ai moi même été dans le privé jusqu'en CM2 et mon retour dans le public a été très mal vu par les professeurs de collège j'en garde un mauvais souvenir. par contre j'étais toujours première de ma classe vu que j'avais fait en CM2 tout le programme jusqu'à la 5ème.
Revenir en haut Aller en bas
eldaviken
Galope comme un grand


Nombre de messages : 3466

MessageSujet: Re: Quel rapport qualité / prix pour l’école gratuite ?   Lun 1 Mar 2010 - 14:31

pour mon exemple c'est tout le contraire
ma mère est prof dans le privé ainsi que ma soeur
j'ai fait toute ma scolarité dans le privé ainsi que mon frère (sauf 1° et terminale) et ma soeur

pour moi c'était logique d'inscrire ma fille dans le privé ici (surtout que c'est l'école la plus proche de mon domicile)

eh bien maintenant ma fille est dans le public
alors qu'ils étaient "que" 17 en petite section, j'ai vu ma fille dépérir au fil de l'année scolaire
j'ai demandé par hasard au mois de novembre si ma fille mangeait bien à la cantine, et là l'atsem de sa classe me dit tout naturellement : "non, julie ne mange rien !"
ok, donc à partir de janvier julie ne va plus à la cantine, si c'est pour payer un fortune pour des prunes c'est pas la peine
et plus l'année avançait plus elle me disait le matin, presque en pleurant, non maman, je veux pas aller à l'école
et elle devenait de moins en moins enjouée, elle ne souriait presque plus, son comportement avait changé

au mois de juin, je l'ai inscrite dans l'école public du centre pour la rentrée de 2009-2010
et là on a vu (à vue d'oeil) notre fille s'épanouir, incroyable le changement
et dans sa classe ils sont 28
elle ne m'a plus jamais dit, non je veux pas aller à l'école, c'est même plutôt le contraire

comme quoi !
pour moi le privé c'était la référence, et bien j'ai bien changé d'avis


Dernière édition par eldaviken le Lun 1 Mar 2010 - 22:49, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
sarahdelph
Galope comme un grand


Nombre de messages : 734

MessageSujet: Re: Quel rapport qualité / prix pour l’école gratuite ?   Lun 1 Mar 2010 - 22:17

Merci Minouchka pour ces infos.
Notre décision n'est pas encore prise, nous allons voir dans le courant de la semaine.
Revenir en haut Aller en bas
Emedy2003
Galope comme un grand


Nombre de messages : 2092

MessageSujet: Re: Quel rapport qualité / prix pour l’école gratuite ?   Lun 1 Mar 2010 - 23:29

bon courage pour ton choix!!

Nous le dilemne c'est petite ecole (4 classes : ps/ms, gs/cp, ce1/ce2, cm1/cm2) moins commode niveau geographique (mais j'adore les petites ecoles!! ) ou école de "ville" (4 ou 5 classes uniquement de maternelle) traditionnelle (moins personnalisee a mon gout ) mais carrement sur notre chemin pour le boulot (et a 2 maisons du salon de mon papa!!).

alors c'est pareil on se pose mille et une questions!!!!dur dur le choix sans compter la famille qui forcement a un choix bien arreté...(grrrrrr )

alors pour en revenir à ton choix si tu pense avoir les moyens financiers d'assurer la totalite de l'ecole montessori et si le concept te plait alors fonce!!! enfin c'est ce que je ferai si j'habitais bien sur une ville en proposant et assez de sous
Revenir en haut Aller en bas
http://bonsplansdumoment.over-blog.com/
Shad
Se tient aux meubles


Nombre de messages : 125

MessageSujet: Re: Quel rapport qualité / prix pour l’école gratuite ?   Mer 3 Mar 2010 - 22:15

Bonsoir,

Mi-horrifié, mi-enjoué, je vais finalement sortir de mon silence et livrer les impressions sur ce fil de discussion...

A mon sens, le débat ne doit pas être uniquement orienté vers privé VS public mais aller bien au delà des clichés : faut payer, quand on paye c'est meilleur, à moins d'enfants par classes on travaille mieux, à cours multiple il faut privilégier les classes à un seul niveau, l'école de ville est mieux que celle de campagne, l'école " riche " avec une mairie qui accorde un budget pharaonique pour l'école est bien mieux que l'école de la misère...etc... Et on pourrait en remplir une page complète avec à chaque fois des éléments pour contredire l'affirmation ou au contraire la renforcer.

Avec bientôt 20 ans de maison dans l'éducation nationale (et oui, personne n'est parfait ) et bien loin de me sentir bloqué avec mon devoir de réserve, je peux vous garantir que l'effectif d'une classe n'est pas l'unique facteur influant sur la qualité de l'enseignement qui sera prodigué.
De même, une école avec un budget énorme peut très bien se limiter à de la poudre aux yeux. Pour avoir eu des élèves qui sont partis dans le privés et d'autres qui en sont revenus, sans vouloir prendre de partie-pris, le niveau d'enseignement est bien meilleur dans le publique (en moyenne) car il ne faut pas oublier que bon nombre d'écoles privées n'appliquent pas les programmes scolaires. Il suffit d'effectuer des statistiques sur les réussites au brevet et aux baccalauréats... qui sont des épreuves venant valider une formation conforme aux exigences fixées par le législateur.

Mais bon, revenons à l'annonce faite en début de ce message : il faut élargir sa vision des choses avant d'adopter une position sur la question de l'établissement pour son enfant.

Petit préalable, enfonçons une porte ouverte : la carte scolaire ne concerne que les collèges publics. En aucun cas on ne peut visiter une école primaire pour savoir si elle nous plait ou non ! En la matière, en primaire (maternelle + élémentaire = primaire), c'est l'école du lieu d'habitation, du lieu de travail d'un des parents ou pour raison médicale (proximité d'une structure de soin par exemple). Bien évidement, il est possible de solliciter une inscription (la mairie inscrit TOUS les enfants de sa commune et la direction de l'école les admet mais DANS LA LIMITE DES PLACES DISPONIBLES fixées par les règles élémentaires de sécurité et possibilités des locaux) dans n'importe quelle commune, mais elle ne pourra être finalisée que si la mairie de destination ne demandera pas de dédommagements (frais de fonctionnement) à la mairie de résidence ou que cette dernière soit d'accord pour payer (ça peut arriver, mais c'est quand même très très rare...) et bien évidement que la direction de l'école admette l'enfant.
Et se fixer la beauté des locaux intérieurs et extérieurs, l'abondance de jouets n'est pas vraiment le meilleur des comportements . Cela ne sert à rien d'avoir un beau contexte d'évolution si rien n'est mis en œuvre par l'équipe enseignante pour favoriser l'épanouissement personnel de CHAQUE enfant.


Mais l'école n'est pas tout. Bien que l'enfant passe au moins 6 heures par jour dans les locaux, il faut aussi penser au temps de cantine mais ne pas oublier les besoins de garde périscolaire et autres comme le transport.
Lever son petit bout à 6 h 30 ou 7 h 00 pour qu'il puisse se rendre à la super belle école alors qu'il pourrait se reposer jusqu'à 8 h 00 voir 8 h 30 pour l'école du coin, cela ne va peut être pas durer longtemps et niveau fatigue....

Autre point important à mes yeux : les camarades de classes. Qu'en sera-t-il des diverses rencontres en dehors du temps scolaire ? Comment vont-ils pouvoir se faire des animations communes ou jeux divers s'ils sont à plus de 5 ou 10 km car l'école top moumoute est loin de la maison. Pas très apaisant de savoir que son petit bout va se faire un tel périple à pince ou en vélo .

LE choix est toujours loin d'être facile et dénué de compromis. Le tout c'est de ne pas avoir de regret ne pas faire un transfert de son vécu sur son enfant. Pensez à son bien être et pas le vôtre. Désolé de lancer cette dernière phrase, mais j'ai vu trop d'enfants démolis par le comportement de leurs parents (une école par an quand ce n'est pas 5 ou 6 dans l'année...). Imaginez-vous sans amis d'enfance ! N'oubliez pas que c'est durant sa scolarité en élémentaire (j'ai bien dit élémentaire, pas primaire ) que votre enfant se créera ses vrais amis.



Allez, histoire de bien vous permettre de réagir (vigoureusement ) à mes propos, je voudrais vous orienter vers une autre alternative qui n'a pas encore été évoquée : la scolarisation à domicile.

Il n'est en effet pas obligatoire d'inscrire son enfant à l'école. L'instruction est certes obligatoire, mais pas forcément dans un établissement scolaire qu'il soit public ou privé .
Les parents ont très bien la possibilité de faire la classe à la maison sans même recourir à des cours particuliers ou par correspondance. Les instructions officielles sont présentes sur la toile et largement diffusées (grandes surfaces et autres...). Certes, il manque les étapes pour parvenir à l'acquisition des paliers de connaissances requis mais ce n'est pas insurmontable. L'école ne fait pas tout, le milieu socio-éducatif de l'enfant joue aussi une très grande part : les enfants de forains sont largement plus cultivés et conscients des choses de la nature que ceux issus de la bourgeoisie locale . L'explication est très simple : un enfant apprend avec les réponses et l'attention qu'on lui porte. Laissez votre bébé dans sa chaise à longueur de journée et vous verrez qu'il sera bien moins intéressé et surtout bien moins vite épanoui que si vous passiez votre temps à le stimuler (attention, je ne dis pas de la pousser (mentalement parlant, pas au sens physique du terme, hé oh...)). Et ce constat que l'on fait à la maison trouve également sa place à l'école : l'engagement de l'enseignant est un facteur déterminant, et ce, bien au delà de l'aspect financier (inutile d'avoir une montage de jeux beaux et chers (bien souvent très mal pensés soit dit en passant) pour apprendre avec plaisir, rien ne vaut les bons vieux jeux CONSTRUITS AVEC LES ENFANTS qu'ils pourront refaire à la maison s'ils le souhaitent...).


J'arrête là pour aujourd'hui car sinon on va me dire (à juste titre peut être) que mon discours est bien trop long et " embrouilleur ". Je suis prêt à détailler d'avantage certains points de ma vision de la question : le contexte d'évolution est bien plus important que le matériel et l'environnement mobilier.

Laurent, enseignant papa de 4 bouts de choux
==============================================
Volet personnel : après 3 ans passés dans l'école de la commune (RPI donc 3 niveaux dans la même école) mes filles sont enfin contente d'aller à l'école. Depuis la rentrée, elles ont changé d'école et insistent pour s'y rendre (ça change des " maman, je suis malade, je reste à la maison ? "). La raison ? Tout simplement le passage d'un enseignant je-m'en-foutiste à une enseignante réellement impliquée et soucieuse de s'occuper de ses élèves. Elles sont passés d'une classe à 14 (triple niveaux) à une classe de 24 (cours simple) ....
Première année (TPS) : 1/4 temps ie 2 matinées par semaines
Seconde année (PS) : 1/2 temps ie toutes les matinées
Troisième année (MS) : 3/4 temps, ajout de deux après midi pour finalement aller vers le temps complet
Quatrième année (GS) : que du bonheur avec ce changement d'école et surtout d'enseignant...

Tout ceci pour illustrer que ce qui compte avant tout c'est le bien être de son enfant. Ne pas hésiter à le scolariser à temps partiel même si l'enseignant vous demande de le laisser. C'est vous les plus à même de juger ce qui est bon pour lui...
Mes filles sont actuellement dans l'école de mon lieu de travail. Même si c'est à près de 6 km de la maison, cela ne nous pose pas de problème car la commune la plus éloignée de la notre et pourtant que le RPI est à presque 14 km... Bref, la décision n'est pas toujours évidente à prendre, mais il ne faut jamais céder aux pressions de l'entourage ou des élus mais bien penser à son enant
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Quel rapport qualité / prix pour l’école gratuite ?   Aujourd'hui à 22:57

Revenir en haut Aller en bas
 
Quel rapport qualité / prix pour l’école gratuite ?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Quel rapport qualité / prix pour l’école gratuite ?
» Sites de vêtements bon rapport qualité/prix
» Conseil siège auto groupe 2 - 3 bon rapport qualité prix?
» lessives
» Prix pour la production de votre rapport d'impôt

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Puériculture ::  :: La vie des "grands"-
Sauter vers: